Périodes Mood du 28 avril : La charge mentale liée aux règles

Hello Le Club Périodes !

J’espère que vous allez tous et toutes bien. Je vous écris en ce mercredi pluvieux pour ce qui est déjà le quatrième Périodes Mood, et cette semaine, j'aimerais parler de charge mentale des règles. Préparez vous à découvrir un monde parallèle :

Au sommaire du mood de la semaine :

  • La charge mentale liée aux règles 
  • Les coulisses de Périodes
  • Le bon plan de la semaine

Bonne lecture !

La charge mentale liée aux règles :

Vous voyez ce moment, où, à la pause de 10h, vous ressentez des crampes dans votre bas ventre et qu'en arrivant aux toilettes oh ! surprise ! vos règles ont débarqué 3 jours plus tôt que prévu. A ce moment là, vous savez que dans votre sac, il n'y a rien, pas un tampon, pas une serviette, pas même un vieux mouchoir qui pourrait vous dépanner.

Alors vous commencer à réfléchir... A qui je vais demander une protection? Vous êtes aux toilettes seules, pas une protection périodique à l'horizon, pas une copine à qui demander de l'aide alors que faire ? Le papier toilette commence à devenir une option envisageable. Ravalant votre dignité, vous entourez votre culotte de papier toilette, et recherchez sur google maps "supérette la plus proche". 15 minutes de marche. En panique, vous ramassez vos affaires, sortez des toilettes et commencez à marcher en direction de cette supérette.

A ce moment là, tout vous conviendrait. Même cette marque bourrée de plastique et de produits chimiques que vous vous êtes jurées de ne plus acheter devient tout d'un coup une option. Vous payez le paquet 6,5€ (aïe, c'est la fin du mois, vous mangerez donc des pâtes), courez jusqu'aux toilettes et votre journée peut continuer. Plus jamais ! vous vous dites. A partir de ce moment, à chaque nouveaux cycles, l'angoisse que la situation se reproduise va vous pousser à tout programmer à l'avance. Est-ce que j'ai bien une serviette sur moi "au cas où?" "et si je pars en randonnée pendant mes règles, comment je fais pour me changer ?", "si jamais je vais au travail et que j'ai une réunion, comment je fais pour me changer ?", "je peux pas utiliser ma cup à la fac, il n'y a pas de lavabo dans les toilettes individuelles"... 

Toutes ces questions, toutes ces anticipations, ces paniques, c'est la charge mentale des règles. La charge mentale, c'est le poids des pensées que subit notre cerveau toute la journée. On a beaucoup parlé de charge mentale domestique, concernant les tâches ménagères et l'organisation de la maison qui pèsent lourds sur le temps de pensée des femmes, mais avec les règles c'est le même processus. 

Alors comment faire ? 

La première chose à faire, c'est de mettre des distributeurs de serviettes et tampons dans les lieux publics. Et ça tombe bien, c'est notre mission chez Périodes. Nous aidons nos clients professionnels (écoles et entreprises) à mettre à disposition des protections périodiques en coton BIO, pour les salarié.es ou les élèves. avec les distributeurs de protections périodiques, la situation que j'ai décrite plus tôt n'existe plus (en tout cas on a plus à courir à la supérette).

La deuxième chose à faire, c'est de traiter le sujet des règles pas comme un tabou, mais comme un sujet comme un autre. En parler en entreprise, en parler à l'école, reconnaître que le silence autour de ce sujet peut causer plus de mal que d'en parler ensemble, c'est un premier pas vers la disparition de ce tabou. 

Aux personnes qui n'ont pas leurs règles, ou celles qui sont très chanceuses à qui cette situation n'est jamais arrivée, aviez-vous seulement idée avant de me lire que cette galère existait ? Vous a t-on déjà raconté une histoire similaire ? Si on vous l'avait raconté, comment auriez-vous réagi ? 

Les coulisses de Périodes : 

J'ai déjà beaucoup écrit, alors cette section sera courte. La semaine dernière chez Périodes nous avons organisé avec R'aide Box, association de l'EDHEC Business School un événement digital pour parler de précarité menstruelle et de comment agir. Nous y avons présenté nos actions chez Périodes, R'aide Box nous ont parlé de leurs collectes organisées dans la région de Nice, et nous avons échangé avec le secours populaire, en première ligne sur le terrain pour distribuer les dons qu'ils reçoivent. Ce moment d'échange était très enrichissant, et voir différentes structures s'allier dans un but commun, c'était beau à voir. Et comme cet événement a très bien été organisé, laissez moi maintenant vous parler du bon plan de la semaine. 

Le bon plan de la semaine : 

Au cours de cet évènement, nous avons ouvert une cagnotte, et chaque somme récupérée sur cette cagnotte sera reversé sous forme de protection périodique au secours populaire de Nice. Ces dons serviront aux femmes en situation de précarité, qui viennent avec leurs enfants ou seules. Elles serviront également d'éléments d'éducation quant à la santé sexuelle et au bien-être des femmes.

Tout don ou partage est le bienvenu, retrouvez la cagnotte juste ici : 👇🏼

Je participe à la cagnotte solidaire 

 

Vous avez des questions ? Des remarques ? Ecrivez nous et on vous dit tout !

 

A la semaine prochaine !

 

Juliette de Périodes 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés